Hatik vexé d’être tué par Franck Gastambide ? Le réalisateur s’explique

Hatik vexé d'être tué par Franck Gastambide ? Le réalisateur s'explique

Une déception bien réelle pour Hatik !

Franck Gastambide a mis subitement fin à l’aventure d’Apash interprété par Hatik dans la suite de sa série Validé qui vient de réaliser un gros pour son démarrage avec plus d’un million de visionnages et s’annonce comme un nouveau succès pour le réalisateur français après le carton de la première saison.

Dans une interview avec Mehdi Maïzi, il s’est expliqué sur la réaction du rappeur à l’annonce de cette fin tragique de son personnage.

Qu’est ce que j’ai fait de mal ?

Dans la seconde saison de Validé c’est le personnage de Sara incarnée par Laetitia Kerfa qui est au cœur de l’intrigue. A l’occasion d’un entretien dans l’émission Le Code sur Apple Music avec Mehdi Maïzi, Franck Gastambide s’est confié sur la réaction d’Hatik à l’annonce de la mort de son personnage dans la série. Le réalisateur a ressenti la déception de l’artiste, « Il ne m’a jamais fait sentir qu’il y avait un problème. Mais je suis pas bête j’ai bien senti qu’il y en avait un ».

« C’est tellement normal, parce que le succès de la série est lié au talent de ce garçon » a ensuite déclaré Gastambide avant de poursuivre son explication. « Quand je prends la décision, qui n’a rien à voir avec lui. Avant qu’il comprenne que c’était une bonne idée, je pense qu’il y aussi le moment où il se dit «Qu’est ce que j’ai fait de mal ? J’ai travaillé, j’ai tout donné.» Et c’est normal qu’il ait pensé ça. ». Cette déception d’Hatik s’est également fait ressentir par une partie du public à la diffusion du premier épisode de la saison 2. Sur les réseaux sociaux des internautes ont déjà regretté les performances d’Apash comparées à la prestation du premier freestyle de Sara.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.