Booba atomise Mediapart

Booba atomise Mediapart

Booba démonte l’article de Mediapart à son sujet

« Harcèlement en ligne : Booba et ses ultras«  titre le dossier consacré par le site d’information français d’actualités indépendant Mediapart au rappeur français exilé à Miami, Booba. L’article s’est attiré les foudres de l’ancien membre du groupe Lunatic qui n’a pas apprécié les déclarations du média à son encontre.

Toujours en guerre contre Magali Berdah, Booba a encore fait parler de lui dans la presse cette semaine suite à la publication de un article de Mediapart qui critique les méthodes de l’interprète de Boulbi pour ses agissements sur les réseaux notamment contre les influenceurs. Depuis le début d’année, le DUC livre une lutte acharné contre les influenceurs afin de dénoncer les arnaques en ayant comme cible préféré la patronne de Shauna Events mais aussi Maeva Ghennam ou encore Marc Blata. Dans cette démarche l’artiste du 92i peut compter sur le soutien indéfectible de sa communauté de fans, des millions de « pirates » s’attaquent aux ennemis de B2O et n’hésitent pas à envoyer des messages haineux.

Accusé d’être moins populaire avec sa musique, B2O prouve le contraire !

Dernièrement Kopp a jubilé de la diffusion du reportage Complément d’Enquête, l’émission a révélé au public les dessous du business des influenceurs et les propos de Magali Berdah ont été vivement critiqués par les téléspectateurs. Dans l’article publié par Mediapart, le média dénonce le harcèlement instauré par Booba grâce à la force de ses millions de followers (plus de 5 millions sur Twitter), ses méthodes sont mis en cause notamment pour la violence de ses propos contre ses rivaux. Le site d’information révèle également qu’en plus de la dirigeante de Shauna Events d’autres femmes ont porté plainte contre le rappeur comme DemDem à trois reprises en l’espace d’un an pour « diffamation », « harcèlement moral » et enfin « harcèlement se*uel ».

Le média déplore également la violence des messages des ratpis envers Magali Berdah, « Un faux pas, ne serait-ce qu’un seul, balle dans la tête pour vous TOUS avec un silencieux » a par exemple écrit un internaute anonyme sur les réseaux. « Bref, l’affaire est délicate : pour certains, Booba met les pieds dans le plat et est considéré comme une sorte de super-héros qui met en lumière ce que la justice n’arrivait pas à canaliser. Pour d’autres, il va trop loin. Et, de fait, la violence de certaines de ses attaques reprises en masse par ses ratpis est questionnable » décrit Mediapart qui a également donné la parole à des journalistes rap ce qui a interpellé le père de Luna et Omar.

« C’est très bien d’alerter sur les arnaques des influenceurs, estime de son côté la journaliste rap Léa. Mais son but n’est pas d’être un lanceur d’alerte, c’est d’attirer l’attention parce qu’il ne fait plus assez parler de lui avec sa musique. Et puis surtout, ça l’amuse. » peut-on lire dans un passage de l’article que Booba a relayé sur Twitter pour démontrer le contraire.  » ‘Il ne fait plus assez parler de lui avec sa musique’ C’est pas comme si j’venais de faire un Stade de France plein à craquer. Ahhh la mauvaise foi«  a répondu le DUC qui est devenu au début du mois le premier rappeur français à réunir 80 000 personnes au Stade de France, une consécration après plus de 25 années de carrière dans le rap français.

2 COMMENTAIRES

  1. Tous des abrutis de première, que ce soit les influenceurs ou Booba lui même, qui d’ailleurs influence lui même, de ce cirque qu’on nous expose, sans parler des médias comme des bouffons qui ont besoin d attirer l’attention donc d’influencer également .
    Chapeau les clowns 2022 !! Level mental de ouufff !!

  2. Booba a quand même lancé la carrière de Damsodomie et nous permis de revoir Michto911 Noémie dans un peucli

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.