Voici comment Orelsan s’est offert Pharrell Williams en feat

Voici comment Orelsan s'est offert Pharrell Williams en feat

Bosser avec Pharrell c’est un rêve !

Un titre en particulier de la discographie d’Orelsan a réussi à convaincre Pharrell Williams de collaborer avec le rappeur Caennais qui vient de faire une nouvelle déclaration sur le sujet.

Trois mois après la sortie de la réédition de l’album Civilisation, le membre des Casseurs Flowters poursuit la promotion de ce projet et vient d’accorder une interview à Tony Parker dans son podcast diffusé sur Spotify, l’occasion pour lui de parler de la collaboration avec des artistes Américains.

A lire aussi : Orelsan démonte avec humour Jamel qui est prêt à se battre

Un titre d’Orelsan a interpellé Pharrell

Au mois d’octobre dernier, après le succès phénoménal de Civilisation avec plus de 500 000 ventes, Orelsan offre une réédition de cet opus avec 10 nouveaux titres dont le fameux featuring avec Angèle très attendu du public sur le single Évidemment produit par Skread et Phazz. Avec cet album, Aurélien Cotentin a pu s’offrir une collaboration de rêve avec un artiste américain, le célèbre Pharrell Williams et son compère Chad Hugo.

Fan des Neptunes, Orelsan a concrétisé l’un de ses rêves avec ce featuring sur le morceau Dernier verre récemment certifié single d’or. A l’occasion de son passage dans l’émission de Tony Parker, il est revenu sur les coulisses de cette connexion avec Pharrell Williams en expliquant comment elle s’est réalisée. C’est grâce à l’aide du producteur français, ancien manager des Daft Punk, Pedro Winter qui a fait découvrir un classique du rappeur Caennais au chanteur américain que cela a pu se faire.

« Je sais qu’il connaissait Pharrell parce qu’ils avaient déjà bossé ensemble et je lui ai envoyé un message : “Est-ce que je suis trop prétentieux ou quoi, mais tu penses qu’il y a moyen de faire un son avec les Neptunes et Pharrell ?” ».

En effet Pedro Winter a présenté le single Basique, issu de l’album La fête est finie paru au mois d’octobre 2017 à Pharrell Williams qui a tout de suite apprécié la chanson. Une anecdote que le rappeur français avait déjà confié l’année passée mais sur laquelle il est revenu plus en détails.

Le titre a réussi à obtenir une résonance internationale peu de temps après sa sortie. Des artistes Américains ont commencé à s’intéresser au travail d’Orelsan comme il le décrit dans cet entretien avec TP.

« Pharrell a bien aimé. Il l’a envoyé à Chad, et ils ont été voir ce que je faisais. Il y a quand même des Américains qui commencent à s’intéresser à mon truc. Je reçois des messages, parfois même de gars que j’aime bien. Je pense aussi que, quand tu commences à aller sur ma chaîne YouTube, j’ai tellement de clips, tellement de trucs, qu’au bout d’un moment tu peux comprendre, sans forcément comprendre les parole ».

Dans la suite de ce podcast, Orelsan s’est d’ailleurs exprimé sur les collaborations avec les chanteurs Américains.

« J’ai envie moi personnellement de le faire, dans le sens Aurélien le fan de rap et de musique. J’ai envie de la faire parce que je reste fan de pleins d’artistes. Bosser avec Pharrell c’est un rêve tu vois, j’ai toujours été fan des Neptunes et de Pharell. Mais j’aurais du mal à faire un album comme ça. Je ne suis pas américain. Et personne ne pourra avoir le même investissement que Skread dans ma musique (…) C’est plus un rêve. Je pense que si j’ai l’occasion de le faire, je le ferais plus de temps en temps, C’est plus des morceaux un peu pour le fun, plus pour moi, pour me donner des kif. Mais c’est pas forcément un plan de carrière »

.

Estelle.G : co-gérante, responsable commercial, marketing, en charge des réseaux sociaux et rédactrice occasionnelle. Je fusionne deux de mes passions, le Hip-hop et l'écriture.