nakk

nakk

L’album « Le monde est mon pays » de Nakk Mendosa figure au classement des meilleures ventes, huitième meilleure vente rap Français devant Mister you, la fouine ou Abd al Malik.

Biographie :
Narcisse Kamga alias Nakk a grandi cité Paul Eluard, à Bobigny.
Il n’est pas exactement ce qu’on appelle un new-comer. Après avoir été ” Découverte du Printemps de Bourges “, en 1998, avec son groupe SOLDAFADA avec qui il a effectué une vingtaine de dates (Le Hot Brass et l’Elysée-Montmartre à Paris, La Pêche à Montreuil…) et enregistré un album (“Bobigny Terminus”, première signature du label de Menelik, Kaz par Kaz, distribué chez Musidisc).
Depuis 99, Nakk poursuit sa carrière en solo avec un premier EP “Début” en 2002 et son street album “Street Minimum” en 2006. Il est apparu sur de nombreux projets pour des artistes comme Bams, Monseigneur Mike, ou sur des albums d’artistes du labels Neochrome (Seth Gueko, Al k pote, Neochrome 3 et Hall Star etc …). Avec son flow immédiatement reconnaissable, la constante musicalité de sa voix, la façon qu’il a de frapper les syllabes et aussi l’attention qu’il porte à l’écriture faisant de lui un véritable poète “Je ne fais pas du rap de caillera” précise t-il, de fait, même s’il raconte la banlieue son regard est distancé, réfléchi, souvent drôle. Une leçon de vie, en somme. Un rap qui porte aussi l’espoir.

NAKK MENDOSA est enfin de retour sur le devant de la scène avec son 1er album évènement “Le Monde est mon pays”. La machine est lancée, le poète est de retour !!!

L’Album »Le Monde est mon pays » :
Dîtes à la gloire que je suis dans les bouchons, j’arrive ». Attendu par tous les junkies en manque de rimes et de punchlines, le premier album de Nakk Mendoza a enfin été accouché. Le bébé s’appelle « Le monde est le pays » et pèse plusieurs tonnes. Son géniteur est resté fidèle à son style privilégiant une écriture fine pleine de métaphores méga fortes et de rimes rythmées. Il a surtout réussi le pari de la longueur. L ‘album s’écoute de la première à la dernière pistes sans laisser le temps de penser « Tiens, je vais zapper celle-ci ». Le poète de Boboch nous parle de ses problèmes et de ceux de ce monde avec une gravité saupoudrée d’ironie, rendant la recette savoureuse et digeste. Et avec Seth Gueko, Dosseh et Despo Rutti en featurings, « l’enfant de la France étranglé par le cordon ombilical » s’assure de montrer qu’il est bien de retour dans le game. S’il « rap avec son cœur » et que ses « autres organes sont jaloux », ils risquent de ne pas être les seuls à être envieux devant tant de talents.

Article précédentBooba
Article suivantkizito
Auteurs :
Grégory.K : Responsable, développeur web, administrateur et éditeur, le gérant du site www.13or-du-hiphop.fr, autodidacte adepte de rap français depuis les années 90 également en charge des réseaux sociaux, Twitter, Facebook.